Environek donne une seconde vie à la tubulure d’érablière

photo officielle 1Environek, une division de l’entreprise Cartonek de Sainte-Marie, a ouvert en mai dernier une nouvelle usine à Saint-Malachie, qui se consacre à la revalorisation de la tubulure d’érablière.  En plus de représenter un projet porteur pour la région de Bellechasse, cette nouvelle venue propose une solution unique en son genre pour disposer d’une matière résiduelle difficile à traiter. 

Nouvelle usine dans Bellechasse
La mise sur pied de ce projet a nécessité des investissements de 300 000 $, notamment pour l’achat d’équipements spécifiques pour le traitement des matières. De cette somme, près de la moitié provient de Recyc-Québec.  Le Centre local de développement (CLD) de Bellechasse a octroyé 25 000 $ sur deux ans, en plus de l’accompagnement des conseillers du CLD pour l’établissement de l’entreprise dans la région.  TELUS a également contribué au projet  par l’entremise de son Comité d’investissement communautaire  avec un don de 10 000 $.

Douze emplois ont été créés jusqu’à maintenant avec l’ouverture de l’usine et on prévoit engager six autres travailleurs dans un avenir rapproché.  Emploi-Québec, Ressource-Atelier, Action de la Barre du Jour et  le Plateau d’insertion du CDC de Bellechasse ont contribué à la création de postes au sein de l’organisation.  Environek étant une entreprise adaptée, elle donne la chance à des personnes vivant avec des limitations fonctionnelles d’occuper un emploi et d’acquérir de nouvelles compétences.

Une solution environnementale pour les acériculteurs
On compte plus de 13 500 acériculteurs et 6 600 exploitations au Québec.  La région de la Chaudière-Appalaches produit à elle seule, 39 % de la quantité annuelle de sirop d’érable. L’usine Environek de Saint-Malachie représente donc un endroit central idéal pour bien répondre aux besoins des acériculteurs en matière de récupération.

« Cette nouvelle avenue pour le traitement de la tubulure sera hautement appréciée puisqu’il n’existait pas encore de solution afin d’en disposer convenablement.  Pourtant, c’est un enjeu environnemental bien présent, puisque la tubulure d’une érablière a une durée de vie de 10 à 15 ans et que cela représente 2 600 tonnes jetées par an », affirme M. Lionel Bisson, directeur général d’Environek.

Ce produit est complexe à traiter car il est créé à partir de diverses composantes et parce qu’il peut être contaminé par d’autres matières comme des fils faits d’acier ou d’aluminium.  Au fil du temps, Environek a développé une expertise marquée afin d’effectuer des opérations de tri de qualité et d’offrir un produit final de confiance à leurs acheteurs.  L’entreprise espère traiter environ 300 tonnes de tubulure au cours de l’année et atteindre 600 tonnes par année après trois ans d’opération.

Un appui majeur de Recyc-Québec
Recyc-Québec a pour objectif de favoriser la récupération de matières et leur valorisation dans une perspective de conservation des ressources.  Le projet d’Environek étant au diapason avec la raison d’être de la société, cette dernière a contribué à sa concrétisation à la hauteur de 142 500 $:

« L’équipe de Cartonek a su saisir une occasion d’affaires.  Le recyclage des tubulures d’érablières est non seulement un créneau qui n’était pas exploité, mais le potentiel de développement est énorme.  Il fallait y penser:  récupérer cet équipement et le transformer en granules qui serviront à fabriquer des objets tels que des drains agricoles et des chaudières de plastique.  Je félicite Cartonek pour cette bonne idée et  pour son apport à l’économie régionale », a déclaré Mme Dominique Vien, députée de Bellechasse, ministre responsable de la Chaudière-Appalaches et ministre du Tourisme.

À propos d’Environek
Environek est une division de l’entreprise Cartonek de Sainte-Marie qui se consacre à la récupération et à la transformation de matières résiduelles (matériel informatique et tubulures d’érablières).  Cartonek, quant à elle, œuvre principalement dans le domaine de la fabrication de produits en carton ondulé.  C’est en 2007 que Cartonek a commencé à se pencher sur la question de la tubulure d’érablière dans ses usines de Sainte-Marie.  La division environnementale prenant une envergure considérable, l’entreprise a décidé en 2015 de lui consacrer un nom à part entière:  Environek.

Les acériculteurs désirant disposer de façon responsable de leur tubulure sont invités à communiquer avec leur MRC pour savoir si un point de dépôt existe dans leur région ou à communiquer avec Environek en composant le 418 387-4003. On peut aussi obtenir de plus amples renseignements sur le site www.environek.com.

Légende de la photo (de gauche à droite):  M. Vital Labonté, président du Conseil d’administration de Cartonek (et sa division Environek), M. Francis Carrier, représentant de Télus, M. Lionel Bisson, directeur général de Cartonek (et sa division Environek), Mme Dominique Vien, députée de Bellechasse, ministre responsable de la région de Chaudière-Appalaches et ministre du Tourisme, M. Yvon Bruneau, président du Conseil d’administration du CLD de Bellechasse, et M. François House, représentant de Télus.