À proximité de nos terres

Projet de sensibilisation citoyenne

Cap-Saint-Ignace rocher fleuve femme dos BLP

Le projet "Notre campagne, un milieu de vie à partager"

Le projet de sensibilisation citoyenne « À proximité de nos terres » émane de la volonté des MRC de L’Islet et de Montmagny de mettre en place des actions concrètes répondant aux enjeux de cohabitation et de développement de la culture agricole au sein de la population. Par des activités de sensibilisation, le projet vise à développer :

  • Une meilleure compréhension de la réalité des producteurs agricoles;
  • Une culture citoyenne agricole au sein de la population.

Activités de sensibilisation

D’une durée de 3 ans, le projet souhaite inclure les citoyens des deux MRC dans une démarche concertée sur la protection de la qualité de l’eau en zone agricole. Pour ce faire, différentes activités sont prévues en partenariat avec l’OBV de la Côte-du-Sud sur le territoire des MRC de L’Islet et de Montmagny, soit :

  • Acquisition de données fines sur l’état des bandes riveraines et la qualité de l’eau dans les rivières Tortue (MRC de L’Islet) et du Sud (Montmagny);
  • Ateliers de co-création avec des producteurs agricoles et des citoyens;
  • Tournée découverte en autobus;
  • Journée sportive (pêche et kayak);
  • Randonnée à vélo;
  • Visites de rivières modèles;
  • Aménagement de bandes riveraines.

À venir

Enjeux adressés par le projet

De manière générale, les agriculteurs vivent une forte pression liée à l’opinion publique sur leurs pratiques culturales. Il y a beaucoup d’incompréhension, voire de méconnaissance de part et d’autre et assurément, une implication des citoyens permettra de mieux faire connaître la réalité des agriculteurs et ces derniers pourront s’inspirer des valeurs des citoyens pour repenser leurs pratiques agricoles.

Importance de l’eau pour nos territoires

Un certain nombre de municipalités des MRC de L’Islet et de Montmagny puisent leur ressource d’eau dans des rivières, des lacs et des puits situés en zone agricole. Si à plusieurs endroits, la qualité de l’eau est jugée satisfaisante, la qualité de l’eau des rivières Tortue, Corriveau et Vincelotte est pourtant qualifiée de mauvaise selon l’IQBP61. Pour ces cours d’eau, les MRC peinent à faire respecter la norme minimale de 3 mètres de bandes riveraines sur l’ensemble des terres agricoles. Néanmoins, peu importe le statut des cours d’eau, des actions peuvent être mises en œuvre pour maintenir, voire améliorer la qualité de l’eau. La présence de bandes riveraines combinée à des pratiques culturales de conservation du sol peut contribuer à la préservation de la qualité de l’eau.

Bon à savoir

1 L’indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) sert à évaluer la qualité générale de l’eau et est basé sur les 6 variables suivantes : le phosphore total, les coliformes fécaux, les matières en suspension, l’azote ammoniacal, les nitrites-nitrates et la chlorophylle totale (chlorophylle et phéopigments). Pour chacun des descripteurs retenus, la concentration mesurée est transformée, à l’aide d’une courbe d’appréciation de la qualité de l’eau, en sous-indice variant de 0 (très mauvaise qualité) à 100 (bonne qualité) (source : ministère de l’Environnement et de la Faune, 1996).

Financement

Le projet de sensibilisation citoyenne « À proximité de nos terres » est financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) via son programme « Priorités bioalimentaires ».

Partenaires

Avec la participation financière du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du programme Territoires : priorités bioalimentaires.